Je me souviens de l'an dernier, même période...
Le réveil un matin avec des fourmillements dans la jambe, la perte de sensibilité jusqu'au genou... Le rendez-vous avec un spécialiste obtenu avec une telle rapidité que j'ai commencé à m'inquiéter... Les mots échangés auxquels on ne comprend rien, et ceux que personne ne prononce mais qu'on devine quand même... Ne vous inquiétez pas, il faut juste vérifier que cela ne vient pas de la moelle, ni du cerveau... La découverte du service neurologie, un matin de décembre, sa salle d'attente glauquissime et ses petits prospectus qui glacent le sang... La peur qui se mêlait à l'envie si forte de ne pas y croire. L'énergie surtout de rassurer mes proches, "ne vous inquiétez pas, je suis sûre que ce n'est pas ça !".
Et puis, à quelques jours de Noël, la valse des examens qui ressemblaient à de la torture, mes larmes qui ont coulé sans que je puisse les retenir, moi qui suis habituellement si résistante à la douleur ! Quand mes enfants sont venus me chercher à l'hôpital, après un petit tour dans les chalets de Noël du marché tout proche, ils étaient encore barbouillés de chocolat chaud et je ne voyais que de la lumière dans leurs yeux... Ces quelques (trop longs) jours d'angoisse en attendant le résultat... mais toujours en moi l'idée que tout cela n'était qu'une mauvaise blague de mon corps, une de plus dans cette grossesse mouvementée. Mes chaussures rouges qui étaient les seules à passer par-dessus l'attelle, accessoire obligatoire pour ne pas traîner la jambe en marchant, pour ne pas risquer de tomber ! Cette sensation d'être écartelée entre la joie immense de porter un bébé et la trouille de ne peut-être jamais pouvoir courir avec lui...
Et enfin, le soulagement, quelques jours après Noël... La neurologue un peu perplexe, mais rassurante, ce devait être une bizarrerie de femme enceinte, finalement (ce dont je me doutais...).  Le nerf sectionné se reformera tout seul, en quelques mois, parce que oui, les nerfs "repoussent" ! J'avais bien des séances de rééducation à faire, mais je ne les ai pas faites, je ne voulais plus y penser, je voulais tout oublier, je voulais juste voir mon ventre s'arrondir !
Depuis l'an dernier, la vue des chalets clignotants du marché de Noël a comme un arrière goût d'hôpital...
Ce matin, j'ai décidé de ne plus porter mes chaussures rouges.

 IMG_1537